Kodhja, de Thomas Scotto et Régis Lejonc

Kodhja Un jeune garçon pénètre dans Kodhja. Dans cette cité magique, truffée d’épreuves et de mystères, il est guidé par un enfant qui semble en connaître les moindres recoins – et les lui fait tous parcourir. Plus le garçon avance dans cette ville et plus son émerveillement grandi, comme celui du lecteur qui suit ses péripéties, impressionné par d’indescriptibles spectacles de théâtre, une fontaine d’imagination, des tremblements de terre incessants, et autres frayeurs imprévisibles. Mais que fait donc ce jeune garçon dans cette étrange cité labyrinthe ? Il cherche le roi, nous chuchote-t-on à l’oreille, et souhaite atteindre la tour décapité dans laquelle il vit. Pourquoi donc ? s’étonnera-t-on. Pour qu’il lui dévoile son nom.

Le conte de Kodhja est à l’image des dessins qui forment la BD : doux et poétique. Les tons pastel, doux, contribuent à instaurer dans cet album une ambiance difficile à définir – on ressent avec le garçon ses peurs et ses joies. De ce livre se dégage aussi un certain apaisement qui correspond bien  à cette réflexion sur l’art de se découvrir un avenir et de grandir. 

Oui, j’ai aimé cette œuvre simple et douce, qui touche à ce que nous sommes avec honnêteté mais aussi un semblant de pudeur. Si elle est sublime et restera un bon souvenir, je ne qualifierais pas sa lecture de nécessaire – quoiqu’elle puisse apporter de la matière pour réfléchir à ce que nous sommes et ce que nous devenons en grandissant.

Pour apporter un avis sur la fin, je la trouve triste, de même que je trouve triste la façon dont l’auteur présente comme nécessaire le départ du personnage. Ne peut-on donc pas grandir sans quitter qui l’on était ?

 

Note : Si, à première vue, cette BD s’adresse aux enfants (les tons de couleurs, les personnages animaux et le fait que cette histoire soit un conte vont dans ce sens), je ne suis pas certaine qu’ils puissent saisir tout le sens de la réflexion qu’elle propose – certains la trouveront peut-être même absurde.

 

Kodhja, de Thomas Scotto et Régis Lejonc, éditions Thierry Magnier

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s